Participation

L'Action Main Rouge

Protestation colorée : les appels des jeunes et adultes se dirigent aux hommes politiques.

Ta main rouge comme signe de protestation - dans le monde entier!

Depuis le 12 février 2002, un protocole facultatif à la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant proscrit tout recrutement d'enfants comme soldats. Malheureusement, depuis cette date, le nombre d'enfants soldats n'a pratiquement pas changé. Quelques 250 000 enfants sont toujours exploités lors des guerres des adultes.

 

Cent milles de empreintes de mains rouges ont été recueilliés comme signes de protestation dans plus de 50 pays du monde entier. Et l'action continue. Nous lançons aux adultes et surtout aux enfants et jeunes gens l'appel de recueillir d'autres mains rouges : p.ex. dans les écoles, aux fêtes des rues et dans les zones piétonnes.

 

Les mains collectionnées peuvent être transmises aux politiciens locaux ou nationaux (maires, ministres, députés etc.) en les demandant à soutenir les revendications et initier des mesures politiques contre l'exploitation des enfants soldats. Il est important que les politiciens concernés vous maintiennent au courant concernant les activités qu'ils ont pris. D'ailleurs vous pouvez demander aussi des musiciens, des acteurs, des footballeurs ou d'autres personnages célèbres à «donner leurs mains » pour l'action afin d'une promotion du protêt et des revendications plus large possible.

 

Nous exigeons:

  1.  »straight 18«: Les enfants moins de 18 ans ne doivent jamais être recrutés ou utilisés comme soldats par les armées ou d’autres groupes armés ou associations militaires, soit il un recrutement « volontaire» ou forcé et n’ importe quelle fonction ils exercent (même si ils portent pas des armes). D’ailleurs, il ne faut pas diriger de la publicité afin de recruter aux enfants moins de 18 ans. Tous les enfants moins de 18 ans doivent être libérés des armées où d’autres groupes militaires. Il faut les soutenir sur leurs chemin à retourner à la vie civil.
  2.  Répression des responsables : Les États, les groupes armés ou les individus qui recrutent des enfants et les utilisent comme soldats doivent être dénoncés et pénalisés. D’ailleurs, il faut que les individus responsables soient mis en accusation devant la Cour Pénale Internationale ou devant une cour nationale. Les États ou d’autres groupes armés doivent être condamnés et sanctionnés par la communauté internationale ou par le Conseil de Sécurité de l'ONU (sanctions économiques, interdictions d’entrée, blocage de comptes etc.) 
  3.  Protection, assistance et asile politique: Les enfants soldats refugiés doivent recevoir un traitement médical et psychologique. Ils doivent avoir accès au système éducatif et professionnel, notamment s’ils arrivent aux pays industrialisés. Les enfants soldats doivent être concédés asile politique dans le pays où ils se sont refugiés.
  4.  Augmenter les fonds pour les programmes d'aide : Les moyens financiers nationaux comme internationaux pour les programmes de prévention et de réintégration pour les enfants soldats doivent être augmentés. 
  5.  Bloquer les exportations d'armes : Il faut arrêter d'exporter des armes, des pièces détachées et des munitions aux régions de conflits connues pour l'existence d'enfants soldats. Cela concerne particulièrement les exportations d’armes de petit calibre. Il faut d’ailleurs bloquer aussi les chemins illicites sur lesquels les armes arrivent aux régions en crise: Il faut arrêter la concession de licences de production d’armes comme les exportations d’armes aux États qui transmettent les armes aux régions en crise.
  6. Éducation pour la paix: Il faut patronner la éducation pour la paix dans les écoles et dans la formation de les professeurs.

Prévenez-nous de vos actions, du nombre des mains recueillies et des réactions des hommes politiques. Notre but : faire voir la protestation gobale ! Postez sur ce site web un bref rapport de votre action et une photo et envoyez-nous un message à a.hachmann@tdh.de.